vendredi, 13 décembre 2019|

1 visiteurs en ce moment

 

HORN : un 16e et un 17e sites Seveso ?

Le littoral dunkerquois, abonné aux entreprises à risques : 15 sites Seveso seuil haut non comprise la plus importante centrale nucléaire d’Europe, héritera-t-il bientôt de deux nouveaux sites du même type ?

C’est en tout cas l’objectif avoué d’un grand du BTP hexagonal : Eiffage qui se propose d’implanter en zone industrialo-portuaire, au nord de Loon-Plage, une double plate-forme industrielle de stockage de matières dangereuses. Et comme toujours, certains de nos grands managers, des élus, depuis toujours obnubilés sur notre sol par des visées productivistes et compétitives, recettes d’antan de moins en moins créatrices d’emplois, ont applaudi à tout rompre.

On ne va pas le nier bien sûr : les matières dangereuses, qu’elles arrivent par camions, par trains, par bateaux, non seulement sont porteuses d’un danger permanent lorsqu’elles circulent sur les voies empruntées par M. Tout le Monde, mais le demeurent lorsqu’elles restent stationnées des jours durant sur des parkings urbains, des gares de triage, des parcs à conteneurs.

Dans son approche stratégique, afin de convaincre ceux qui ne demandaient qu’à être convaincus, Eiffage a donc joué la carte de la prévention par excellence, voire de la philanthropie désintéressée. Grâce à son initiative, allait se trouver réglé un problème récurrent que nous avions d’ailleurs dénoncé : l’accueil et le stockage de toutes les formes de transports de matières dangereuses, les fameux TMD, ces Seveso roulants ou voguants en souffrance dans les zones ouvrées et habitées du Dunkerquois.

Il a fallu rapidement déchanter : lorsque le dossier de ce projet baptisé “Horn” nous est parvenu, force fut de constater que la plate-forme serait conçue (il y en a 4 prévues en France) pour accueillir tous les TMD de la zone au nord de Paris, voire de l’Europe du Nord : 75 hectares occupés, au bas mot 200 millions d’euros investis, 11 phénomènes dangereux majeurs (surpressions, effets thermiques, toxiques potentiels). Et, cerises sur le gâteau, 100 000 EVP (conteneurs) par an avec 12 liaisons maritimes par jour vers l’Angleterre et un certain nombre pour l’Europe du Nord, un flux de 5 trains par semaine, 800 poids lourds et véhicules par jour - en aller et retour. Voies ferrées, autoroutes et routes encore plus encombrées par les TMD qu’elles ne le sont actuellement. Bref, l’enfer étant pavé de bonnes intentions, notre environnement deviendrait encore plus accidentogène qu’il ne l’est présentement !

Alors bien sûr des emplois seraient créés : 450 à terme (2022 ?) promet Eiffage. Le précédent que créera le terminal méthanier quand il sera exploitable, incite à faire montre de beaucoup de défiance en la matière. Une chose est sûre : on n’a pas fini de parler de Horn dans les mois et les années à venir. Quant à nous, nous veillerons à ce que tous ensemble nous sortions de “l’hornière” ! J.S.

page précédente | page suivante

Comptes et mécomptes du projet Arena

Avec du recul, il est devenu de plus en plus évident que l’Adelfa a eu cent fois raison de s’investir dans le front du refus du projet Arena. En effet dans un rapport sur la gestion de la CUD entre 2007 et 2013, la Chambre Régionale de la Cour des (...)

HORN : un 16e et un 17e sites Seveso ?

Le littoral dunkerquois, abonné aux entreprises à risques : 15 sites Seveso seuil haut non comprise la plus importante centrale nucléaire d’Europe, héritera-t-il bientôt de deux nouveaux sites du même type ? C’est en tout cas l’objectif avoué d’un (...)

De l’hydrogène vert !

La fermeture de la raffinerie Total à Dunkerque a donné lieu à une difficile lutte syndicale mais aussi à un projet “Hydrogène” par des syndicalistes CGT locaux. Un colloque à Grande-Synthe, fin novembre dernier, a été l’occasion de rappeler leur (...)

Inondations et submersion  : ça n’arrive pas qu’aux autres  !

Pour ceux qui en douteraient encore, les changements climatiques sont bien là qui apportent leur lot de phénomènes extrêmes. Après les inondations et tempêtes à répétition du début d’année, qui ont touché le littoral breton et atlantique, c’est au tour des (...)

Les Moëres ou le syndrome de Xynthia

Si la Flandre maritime se situe au niveau de la mer, les Moëres pour leur part se situent plus bas que le niveau des basses mers, ce que nous rappelait, il y a peu encore, le panneau indicateur d’entrée de village avec son altitude de moins 2,50 m. (...)

Nuc : La fin d’un mythe

Eh oui ! On peut se passer du nucléaire. Une affirmation qui décoiffe certes, mais qui trouve sa justification dans ce qui s’est passé au Japon depuis la catastrophe de Fukushima. Rappel : dans la foulée de ce dramatique accident, c’est l’ensemble (...)
 
 
A propos de adelfa.org
Ce site web est édité par l’Assemblée de Défense de l’Environnement du Littoral Flandres Artois, représenté par son Président, Nicolas Fournier. ADELFA Maison de l’environnement - 59240 Dunkerque Ce document est diffusé selon les termes de la license BY-NC-ND du Creative Commons. Vous êtes libres de (...)
En savoir plus »